The drummer road to Fink

One-Shot-Not

Manu Katché a souvent été impliqué de près ou de loin dans ma culture musicale : Michel Jonasz et Peter Gabriel principalement. Je m’en suis vite rendue compte en regardant ses participations sur de nombreuses pièces de ma discothèque. C’est donc tout naturellement que j’ai acquis ses albums jazz. Sa participation au jury de l’émission d’M6 a confirmé mon opinion le concernant (il a toujours été le membre du jury « le plus craint »). Il est comme il joue : simple, précis, élégant, franc, honnête, singulier et charismatique.

Un jour de printemps 2006, je suis tombée sur une rare interview vidéo de Manu Katché (je crois que c’était un truc de M6 avant une des saisons de « la nouvelle star »). A un moment de l’interview, on lui demande ce qu’il écoute actuellement et là il sort un truc du genre (pardonnez mon approximation, mais ça fait presque 4 ans !) :
« Je suis en train d’écouter un gars en ce moment… je ne sais pas d’où il vient exactement… ce qu’il a fait avant… mais c’est étonnant… un groove particulier … son album s’appelle Biscuits for breakfast… retenez bien son nom  :  Fink ! F . I . N . K . Je suis sûr qu’on va en entendre parler »

Ce qui m’a surtout interpellé ce n’est pas ce qu’il en a dit mais de la façon dont il en parlait : avec un sourire grand comme mon bras, les yeux qui brillent, comme un môme plus malin que les autres qui vous livre un secret. Et quand un homme plutôt calme et plutôt exigent se met dans cet état là, ça vaut le coup de s’y attarder.

Je tape donc Fink sur Youtube et je tombe sur quelques vidéos dont celle au Motel Mozaique.

Le lendemain, j’ai acheté Biscuits… et je n’ai plus lâché Fink depuis, non plus.
Je l’ai connu trop tard pour aller le voir au Nouveau Casino, j’étais pas sur Paris en septembre pour la Maroquinerie… Mais j’écoutais toujours Biscuits en boucle… Parce qu’en effet il y a quelque chose de particulier dans sa musique, mais il y a aussi quelque chose de tellement familier ! Ne me demandez pas quoi : je sais pas !

Un jour d’hiver 2007, Manu Katché lance sa première émission TV, One Shot Not.

A la même époque, je regarde le myspace de Fink et je vois qu’il sera en concert au festival de Blues de Cognac (4 fois en 4 jours) en juillet. Je me suis juste dit « je l’ai déjà loupé deux fois sur Paris, ça suffit ! j’y vais ».
J’ai tellement gavé mon entourage avec Fink, comme si j’avais un trésor qu’il n’avait pas, que trois autres copines ont voulu m’accompagner à Cognac. Mon périple finkien m’a rapporté plus que des titres live inédits de Distance and Time qui devait sortir quelques semaines plus tard.
Ne me demandez pas comment j’ai fait pour convaincre des copines de venir avec moi voir un groupe anglais pas connu dans une petite ville de Poitou Charentes : je sais pas !

Un jour de printemps 2007, entre temps, est sorti le single « This is the Thing ». Pas un seul jour ne s’est passé depuis sans que je ne l’écoute au moins une fois dans la journée. Je ne m’en lasse pas. Ne me demandez pas pourquoi : je sais pas !

Un soir d’hiver 2008, je suis allée voir Fink en concert au Trabendo. Il a fait plusieurs émissions TV en France à cette période là.

Un jour de printemps 2008, la session de Fink à One Shot Not a été diffusée sur Arte. J’étais aux anges ; ça fait un plaisir fou de voir un de ses artistes favoris dans l’émission d’un autre de ses artistes favoris qui vous a permis justement de connaitre cet artiste (euh ! vous me suivez là ?).

Un soir de printemps 2009 Fink vient jouer à la Bellevilloise pour les Nuits Zébrées de Nova juste avant la sortie de « Sort of Revolution ». Je n’ai pas trop aimé le live du vendredi par contre je me suis très vite consolée dès le lundi car l’album est un pur bijou ! Il n’y a que « Move on me » qui ne passe pas. Ne me demandez pas pourquoi…
Un autre soir de printemps 2009, j’ai assisté à Mon concert de Fink (le 10 juin au Café de la Danse). J’avais encore réussi à embarquer 2 amis + 1 qui ne les avait pas vu depuis Cognac. Il s’est passé un truc ce soir là, même la sono était bonne (et c’est pas partie gagnée dans cette salle que j’adore quand même !). Le groupe, le public, l’atmosphère… Tout était cohérent. Après le concert, mes amis et moi avons beaucoup parlé de leur évolution de folie en à peine deux ans. Nous n’avons quasiment pas dormi ; vraiment pas envie… on était vraiment bien… je sais pas !

Un soir d’hiver 2010, Fink revient plusieurs fois à One Shot Not, « comme à la maison » et nous livre une session divine… puis encore et toujours un jam avec Manu Katché.

Un soir de printemps 2010, Fink retournera au Motel Mozaique en Hollande, quatre ans presque jour pour jour.

Un jour de printemps 2010, le 22 mars, il y aura un concert de Fink (en journée) et un autre de Manu Katché (en soirée) à Paris… et je serai là.
Ne me demandez pas pourquoi : vous le savez déjà !

Sylvie

Comments
3 Responses to “The drummer road to Fink”
  1. Ah je suis content que tu fasses un billet sur Fink! Dans mes oreilles depuis longtemps, Grand amateur du label Ninja Tune je te conseillerai d’aller voir un peu les autres artistes du label.
    Bonobo: http://youtu.be/nF50f2OmGMA
    Jaga Jazzist: http://youtu.be/dKL_Vovnc8s
    etc. je ne vais pas tous les faire!😀
    Mais surtout si tu ne le connais pas: Ben Howard chez Island Record, avec qui Fink a beaucoup partagé son expérience. Ils sont très proche musicalement et dont on tombe très vite amoureux si on aime l’un des 2 (Fink a fait ses premières parties), voici la version OneShot Not en live ou l’atmosphère de sa musique colle parfaitement à l’émission qui m’a permis de le découvrir…. Merci Manu Katché!! http://youtu.be/AAQyNwl_8B8

    • Je connais Bonobo et Jaga Jazzist (je les aime beaucoup). Pour Ben Howard, je l’ai déjà vu un certain nombre de fois en concert ces 2 dernières années et la première fois c’était en première partie de… Fink à l’Alhambra :p Je l’aime beaucoup aussi (je l’ai filmé pas mal de fois en concert). J’ai un article en cours sur lui… A bientôt pour en rediscuter ensemble ou pour d’autres suggestions musicales (je suis toujours preneuse, une vraie éponge !).

  2. Anthony dit :

    J’adore Fink, je l’ai vu plusieurs fois et notamment cet automne, c’était génial :
    http://woocares.wordpress.com/2011/10/21/fink-concours-inside/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :